Souvenirs Pieux - Marguerite Yourcenar

Publié le par Davalian

41S5R5CHM7L._SS500_.jpgCe premier tome de la trilogie du Labyrinthe du Monde n'est pas le roman le plus connu de Marguerite Yourcenar. Il ne l'est pas du tout d'ailleurs, et s'est bien dommage. Un examen en surface mené par un lecteur pressé ne donne pas franchement envie de le lire. L'auteure – est-il besoin de rappeler qu'il s'agit de la première académicienne ? - se livre à une sorte de biographie rétrospective de sa famille maternelle.
Prenant pour point de départ sa naissance, elle se livre à un exercice ardu : retracer le parcours de plusieurs générations à l'affût de documents épars. Certes, il ne s'agit pas de n'importe quelle famille entre une petite noblesse et une bonne bourgeoisie. Le cadre belge ne paraît que peu intéressant... et pourtant ! Elle s'attache à une période cible : la naissance de cet État sans Nation. La démarche est originale car avec un souci généalogique et quelque peu historique, l'auteure veut nous plonger dans une époque et un milieu oublié. Le contexte est livré par de petites esquisses narratives disséminées ça et là. Il est présent sans prendre la première place.
La romancière nous livre un panorama familial sans complaisance se livrant à une critique acerbe teintée de respect (encore que...). Mais bien au delà d'une réflexion sur des temps passés, elle nous livre par petites touches une pensée qui est ancrée dans notre actualité contemporaine : l'écologie, la place de l'humanité, le rôle des femmes dans la société, le conformisme. Le caractère de cette œuvre est particulier, facile d'accès (le style Yourcenar) et mérite à être connu. Plus qu'à lire la suite. Encore que le lecteur satisfait pourra aisément s'arrêter à la fin de ce roman (qui se conçoit comme une œuvre à part entière).

Publié dans Marguerite Yourcenar

Commenter cet article

Helene 04/09/2016 11:28

Merci pour cet article.
Dommage qu'il s'ouvre sur une grosse faute d'orthographe "s'est bien dommage"
Hélène