Mort aux cons - Carl Aderhold

Publié le par Julien S. (Davalian)

mort aux consQuand on ne croit plus en rien, c'est là que la connerie triomphe... Après ceux qui considéraient qu’éradiquer les cons se résumait à un vaste programme et ceux plus magnanimes qui privilégiaient leur internement dans des bâtiments dont la taille défie l’imagination, arrive Carl Aderhold.

Les adeptes de Maxime Chattam et autres Esprits criminels, vont d’abord y retrouver des thèmes connus : cruauté envers les animaux, empathie, mesures contres-légales, rituel, signature… Mais le serial killer s'efface (presque) devant le scientifique qui tente de définir le concept de la connerie et du con en général. Vue à travers ce filtre, la sociologie en deviendrait utile au quotidien.

La démarche est inspirée : tous les spécimens en prennent pour leur grade : le bricoleur du dimanche, le chauffard, les employés de divers services plus au moins publics, les thérapeutes spécialistes et experts… L’ensemble forme un petit traité de la bonne humeur plutôt plaisant à lire en fin de journée. Le passage dans lequel l’auteur se livre à une typologie des cons est hautement prodigieux et son œuvre doit être lue ne serait-ce que pour en profiter.

Les expériences professionnelles du protagoniste lui permettent de solder ses comptes avec nombre de supérieurs hiérarchiques : l’ambiance n’est pas sans rappeler celle du film Comment tuer sont son boss ?. Le temps passé en maison d'édition m'a étrangement fait penser au chef d'oeuvre de Umberto Eco Le Pendule de Foucault. Une lecture distrayante, jubilatoire et hautement profitable à tous, à mettre entre toutes les mains donc ! La violence est ici traitée de manière légère, anodine, sans conséquence… Heureusement que le récit reste cousu de fil blanc sans autre prétention que celle d’amuser et de prévenir le lecteur.

Publié dans Inclassables

Commenter cet article