Millénium 3 - Stieg Larrson

Publié le par Julien S. (Davalian)

SLM3.jpgLa reine dans le palais des courants d'air est le troisième et dernier roman du cycle Millénium de Stieg Larrson. Il est différent de La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une boîte d’allumettes. Il est bien meilleur aussi. Toutefois, il ne parvient pas à recréer l’ambiance si particulière des Hommes qui n’aimaient pas les femmes. D’ailleurs, il n’est plus question de paysages enneigés. Le rythme est soutenu sans laisser le lecteur haletant.

Lisbeth Salander est au cœur de ce roman et ce du début à la fin. Ces deux étapes clés paraissent pour le moins exagérées et caricaturales. La critique est peut-être gratuite, il n’empêche que le dénouement-point de départ ne fait pas l’effort d’être un minimum crédible (où l’art d’accrocher le lecteur tombe dans des bas-fonds insondables) et les deux confrontations finales sont franchement convenues (la palme revient à Ronal Niedermann).

Malgré ces paroxysmes de déception, l’ouvrage est agréable à lire. L’écrivain tente une approche journalistique et s’en prend allègrement à une hypothétique branche secrète (la section d’analyse spéciale) de la police de l’Etat suédois (La Säpo). Quelques pseudos-mises-en-garde-sur-des-thèmes-sulfureux-touchant-à-l-Etat sont abordés et serviront de fil rouge. Il s’agit du versant politique de la trame tissée dans le tome premier. L’ouvrage demande cependant beaucoup de patience, car l’auteur se perd dans certain détails. L’ensemble est plaisant, en particulier les focus sur le passé immédiat de la Suède.

Au final, si la lecture du cycle Millénium fut agréable (mais un poil trop longue) et si de nombreux personnages furent attachants, elle ne m’a pas scotché et ce en dépit de son carton éditorial. Bien disposé après l’approche de Fincher (pour une fois que Daniel Craig joue vraiment comme un acteur) et le premier film de Niel Oplev, il me reste encore à jeter un œil sur les deux suivants, ce qui ne serait (trop) tarder pour en finir avec cette série.  

Publié dans Millénium

Commenter cet article