Le joueur d'échecs - Stefan Zweig

Publié le par Julien S. (Davalian)

échecs

Le joueur d’échecs est la dernière œuvre connue de Stefan Zweig écrite peu avant son suicide. Tout comme son autobiographie, il s’agit d’une œuvre posthume mais certainement pas un chef d'œuvre.

L’histoire est succincte et le nœud du livre est une confrontation entre deux joueurs d’échecs : Czentovic le grand champion et M. B… Chacun possède son histoire propre, garante d’un caractère bien tranché, seul le narrateur ne dispose pas de ce privilège et se contente de mettre les personnages en valeur. Ce grand classique de la littérature allemande est tout à la fois une mise en garde contre les dangers des nationalismes, de la torture, de la guerre et de l’inhumanité en général. Mais il s’agit également d’un avertissement contre toute forme de passion trop prenante transformant l’homme en être monomaniaque, véritable esclave inconscient.

Prévu de longue date, cette lecture m’a franchement déçu car je m’attendais à être chose. Heureusement qu’elle fut brève. Notre société contemporaine y trouvera un avertissement dont elle a bien besoin (comme le prouve les très récents phénomènes geek-fin-du-monde). Cette mise en garde concerne aussi la solitude et l’isolement absolu, points de départ d’une route qui conduit aux confins de la folie et à l'approche de la mort. Le jeu d’échecs est le cœur de l’ouvrage mais le sujet semble bien moins habilement exploité que dans le Tableau du maître flamand de Arturo Perez-Reverte que je conseillerais bien plus volontiers.  

Publié dans XXème siècle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zoso 10/01/2013 10:09


Absolument d'accord avec Julien.


C'est évidemment bien écrit mais au combien loin de la réalité !
Du pur délire. Impossible de devenir un champion si on joue seul. Et tous les champions sont des psychopates !

Ce livre là me semble plus proche d'une certaine réalité !
http://www.amazon.com/dp/B00AW8CP44