Le Chevalier de Wielstadt - Pierre Pevel

Publié le par Julien S. (Davalian)

ppcw.jpg

Entre la traque des membres d’une secte sanguinaire, la recherche d’une bande de profanateurs et la chasse donnée à un tueur en série (le voleur de visages), Pierre Pevel opte clairement pour le genre de la dark fantasy pour achever sa première trilogie. L’intrigue de ce troisième tome est riche et comme d’habitude, l’écrivain parvient à en maîtriser les fils plus au moins patiemment tissés. Il sera également question de mettre un terme (définitif ou provisoire, la question reste en suspend) aux rivalités qui servaient de fil rouge jusque là. Ce roman se révèle logiquement tout aussi plaisant à lire que les précédents. Le talent de l’auteur trouve une nouvelle forme d’expression au travers d’une progressive descente aux enfers, menée avec maestria.

S’il est difficile de décrocher, certaines mécaniques cependant déçoivent. Ainsi en est-il des multiples intrigues parfois réglées à la va-vite. Les incontournables révélations touchant au passé du protagoniste sont étonnantes, intéressantes, bien pensées et franchement originales… mais elles ne sont pas vraiment surprenantes. Les nombreuses zones d’ombres sont cependant les bienvenues car elles permettent de contrebalancer son côté stéréotypé (le chevalier gris pourfendeur tourmenté de créatures maléfiques). L’épilogue fait un peu cliché pour être franc, d’autant que des jalons trop évidents sont laissés là comme à dessein. Présageraient-ils d’un nouveau cycle ? Du moins le dénouement se base sur ce qui semble être un travail d’érudit et cela excuse beaucoup.

Au final, la trilogie de Wielstadt reste une œuvre des plus intéressantes. Le mélange des genres maitrisé et le caractère adulte devraient en séduire plus d’un. Les trois romans permettront aux lecteurs de tous horizons de s’essayer à ce genre romanesque qu’est la fantasy et d’y trouver un agréable moment de distraction.   

Commenter cet article