L'Odyssé de Noël - Anne Perry

Publié le par Julien S. (Davalian)

ap.jpg

L’Odyssée de Noël est un titre bien présomptueux pour cette nouvelle écrite par Anne Perry. Plutôt agréable elle nous offre l’occasion d’oublier notre quotidien au fil d’une intrigue sympathique et immersive. L’édition de luxe au format poche est cependant un argument commercial quelque peu surfait.

L’intrigue est franchement classique, sans surprise, en trois temps : la recherche d’un fils à papa quelque peu dissipé dans un monde de plaisirs, les efforts faits pour l’en sortir avant le non moins traditionnel final enflammé. Rien de bien palpitant et le dénouement n’arrange rien. La  bande de joyeux aventuriers à qui incombe cette tâche relève un peu le niveau. Robinson Squeaky en particulier, proxénète plus au moins repenti et comptable en proie aux doutes qui nous réserve quelques joutes verbales et échanges intéressants. Hélas, Sadie et Bessie connaissent le même sort que Bérénice Marlohe dans Skyfall

L’auteure s’entête à décrire une pseudo société de plaisirs interdits dans l’East End d’un Londres sans doute victorien. Certains passages sont cocasses, dans d’autres les lecteurs de Maxime Chattam reconnaîtront sans mal une certaine Cours des miracles emprunté à In Tenebris. La consommation d’alcool, de drogues et les pratiques sexuelles plus au moins originales sont autant de prétextes qu’utilise l’auteure pour fustiger une société passée. Le tout est bien entendu imbibé d’un discours moraliste dégoulinant de voyeurisme consenti : Presque toutes les perversions se trouvaient ici comblées. Voir deux hommes ensemble, parfois trois, était relativement répandu. Un être à moitié nu, qui visiblement possédait les organes des deux sexes, fit l’effet à Squeaky d’une telle humiliation qu’il fut pris d’un sentiment de pitié, en même temps que de dégoût à l’égard de ceux qui le payaient par curiosité, ou pour satisfaire quelque désir tordu.

Étrangement, l’ensemble reste agréable à lire, même si les lecteurs chevronnés de polars et de romans historiques iront trouver leur bonheur ailleurs.

 

Publié dans Policier

Commenter cet article