L'art de la guerre - Sun Tzu

Publié le par Julien S. (Davalian)

ag.jpgL’art de la guerre est un ouvrage qui confine au mythe. Le savoir enfermé dans cette bible, délivré au fil de déclarations appelées versets,  y est pour quelque chose. Mais le mystère et les nombreuses incertitudes qui planent autour de cet ouvrage y ont leur part également. De Sun Tzu, les historiens  ne savent que peu de chose, de l’époque où l’œuvre a été écrite guère plus. Il est admis aujourd’hui qu’il faut placer cette œuvre au Vème siècle d’avant notre ère à une époque où la Chine passe d’une armée féodale à une armée de métier… Un ouvrage dépassé ? Certainement pas !

Étrangement, l’auteur ne fait ni l’apologie des conflits ni un éloge à l’honneur. Bien au contraire, le traité encourage la duperie, l’art de tromper, de diviser. D’ailleurs, le dernier des treize chapitres sera consacré aux espions et agents secrets. Si le texte s’attache à l’art de commander les hommes aux combats et expose des conseils pour arriver à la victoire à coup sûr, ceux-ci se révèlent intemporels. Ils ne s’arrêtent pas à la seule technique et la technologie est à peine évoquée. Malgré sa concision, de nombreux thèmes sont évoqués : la guerre juste, les liens entre militaires et pouvoir politique, le rapport à l’ennemi…

Abondamment glosé et commenté, les propos prennent une consistance qui frise parfois avec la redondance, outil pédagogique utilisé avec talent. Le côté orientalisant est certes perturbant mais il permet d’accéder à un savoir qui – parait-il – n’est pas trop répandu dans la culture occidentale et permet d’apprendre à connaître la Chine, mais également le Japon, de manière originale.

Publié dans Classique

Commenter cet article