Dracula l'immortel - Drace Stoker et Ian Holt

Publié le par Davalian

51EXXRkEV-L._SL160_.jpg

Drace Stoker et Ian Holt ont écrit cette suite du Dracula de Bram Stoker afin de réhabiliter le nom de l'auteur après de multiples problème de droits et de pillages intellectuels.

Le roman abandonne la forme épistolaire, sauf pour quelques éléments (dont l'excellente lettre de Mina à son fils permettant un rappel des événements). A certains moments, des citations de l’œuvre originale permettent de rappeler les faits. Ceux-ci sont appréciables et permettent de réactiver les souvenir de lecture.

Les auteurs prennent le pari de donner une forme moderne à l'écriture : une course poursuite haletante passant par Marseille, Paris, Londres, et bien sur Whitby... mais pas par les Carpates ! Quelques retours dans l'histoire sont faits... mais bien peu nombreux. On pourra reprocher à l'écriture d'être trop contemporaine, trop « thriller ». Il est impossible de décrocher mais les ficelles sont trop convenues (chapitres courts, scènes d'action stoppées là ou l'attendait, effets de surprise prévisibles).

La première partie de l'histoire est attirante, en particulier la reprise du groupe des intrépides, 25 ans après. Mais de nombreuses imperfections gâchent le plaisir : des morceaux trop indigestes (la traque de Jack l’Éventreur, les combats, la scène finale plus grosse qu'un camion). De nombreux passages sont magistraux et valent le détour (la présence de Bram Stoker, la volonté de faire croire que les éléments se sont réellement passés et tout mettre en œuvre pour le faire croire).

Le roman tente de rendre les méchants gentils, les gentils méchants, et les méchants vraiment méchants. Bref coller une sauce Hannibal Lecter au roman d'épouvante... Il y a une justification simple (diversifier les points de vue) mais la narration omnisciente gâche le plaisir. Et des maladresses, il y en a d'autres : (la fausse surprise de l'acteur, les vampires métamorphes, les bons sentiments, les combats, la relation père-fils digne d'un mauvais film d'auteur, les personnages stéréotypés...).

En somme, le roman permet de passer un agréable moment et il très difficile de le lâcher. Mais il est aussi convenu, prévisible et impose un style trop contemporain. A quand la plus que probable suite ?

Publié dans Fantasy

Commenter cet article

Selenne 09/08/2012 21:20


Je l'ai en ma possession mais pas encore lu. Je n'avais pas du tout aimé celui de Bram Stocker pour plusieurs raisons, alors si celui-ci est moins bon... Aïe ! Je crois que ce livre va croupir
dans un coin.

Davalian 12/08/2012 13:21



Il faut reconnaître cette qualité à l'ouvrage : il se laisse très bien lire.Pas besoin d'être spécialement concentré. Idéal pour l'été et les vacances donc.


Ayant bien apprécié l'oeuvre originale, (la complexité des personnages, le côté désuet typique au XIXe, la forme espitolaire) il faut aussi reconnaître que j'ai eu parfois du mal à me motiver. Le
plaisir de lecture fut le même que pour les Liaisons dangereuses de Laclos.


Il est posible que la forme plus contemporaine de la narration (qui m'a refroidi) te plaise. Idem pour l'intrigue, moins le final...